Be Sociable, Share!

    Thérapie réfractive

    Votre docteur en optométrie peut vous diriger vers des médecins spécialistes, comme un ophtalmologiste, pour le traitement de maladies générales ou une intervention chirurgicale, au besoin. Le docteur en optométrie prend aussi en charge, conjointement avec les ophtalmologistes, le traitement des troubles oculaires et les soins préchirurgicaux et postchirurgicaux des patients.

    Plusieurs interventions chirurgicales permettent de réduire la dépendance aux lunettes et aux lentilles cornéennes. Un docteur en optométrie peut vous offrir une opinion éclairée quant à votre admissibilité aux différentes chirurgies réfractives, et vous guider vers les gouttes ophtalmiques antibiotiques et stéroïdes contribuant au processus de guérison postopératoire.

    Photokératectomie réfractive (PKR)

    La photokératectomie réfractive (PKR) est une technique opératoire visant l’ablation au laser de la couche externe de la cornée, appelée épithélium, afin de donner une nouvelle forme à la cornée. L’épithélium se régénère ensuite par-dessus la zone traitée en environ trois à cinq jours. La PKR produit d’excellents résultats, tout particulièrement chez les patients dont la cornée est plus mince que la moyenne. Une fois la guérison terminée, l’intégrité de la cornée est préservée et l’acuité visuelle du patient demeure habituellement très bonne. L’inconvénient de la PKR le plus généralement soulevé est la douleur ou l’irritation oculaire qui survient dans les jours suivant l’intervention, lors de la guérison de l’épithélium, et la période de stabilisation qui peut prendre jusqu’à trois mois.

    Kératomileusis in situ assisté par laser (LASIK)

    Le kératomileusis in situ assisté par laser (LASIK) constitue le type le plus courant de chirurgie réfractive de l’œil. Cette technique permet au patient de retrouver la vision plus rapidement, avec un minimum d’inconfort. Dans le cadre du kératomileusis in situ assisté par laser, une minuscule lame oscillante appelée microkératome est utilisée pour découper une fine couche dans le tissu cornéen. Cette couche de tissu est rabattue, et le laser est appliqué au tissu cornéen interne ainsi exposé. La couche est ensuite remise en place et elle se fixe solidement naturellement, sans qu’il soit nécessaire d’utiliser des points de suture. Il arrive très rarement que la couche de tissu cornéen se déplace après l’intervention, notamment lors de la pratique de sports.

    Intralase SBK

    L’Intralase SBK a recours au même principe général que le kératomileusis in situ assisté par laser, mais utilise un laser femtoseconde plutôt qu’un microkératome pour découper la cornée, ce qui permet de créer une couche de tissu cornéen plus mince et plus uniforme, et de limiter ainsi les complications potentielles. La couche de tissu cornéen créée par le laser est plus stable et permet un meilleur rétablissement de la vision.

    La PRK, le LASIK et la SBK sont des interventions chirurgicales rapides et précises. Elles peuvent toutefois, dans certains cas rares, produire des aberrations visuelles, telles que l’éblouissement ou la perception de halos lorsque l’éclairage est tamisé, ou encore le syndrome de l’œil sec.

    Les traitements personnalisés par front d’onde (PRK, LASIK et SBK) constituent une avancée par rapport aux options de traitement au laser standard, et peuvent être plus facilement adaptés aux besoins particuliers du patient. Le traitement par front d’onde offre de nombreux avantages, notamment l’amélioration de la qualité de la vue et la réduction des éblouissements causés par des halos autour des sources lumineuses. Il est aujourd’hui très répandu en raison de ses avantages inhérents.

    Ablation du cristallin clair (ACC)

    L’ablation du cristallin clair (ACC) ne se fait pas par laser et constitue la même intervention que la chirurgie de la cataracte. Dans le cas de l’ACC, le cristallin est retiré et remplacé par un cristallin artificiel afin d’améliorer la focalisation et la vision de loin. L’ACC est plus invasive que les interventions chirurgicales mentionnées ci-dessus et est en général réservée aux patients qui ont une ordonnance extrêmement forte. Il se peut que le patient doive porter par la suite des lunettes de lecture pour voir de près.

    Lentille de contact implantable (LCI)

    Dans le cadre de cette intervention chirurgicale, une petite lentille de contact implantable (LCI), ou lentille phaque, est délicatement mise en place à l’intérieur du globe oculaire. Cette intervention est principalement pratiquée chez les patients qui ont une ordonnance forte. Comme il y a risque d’apparition de glaucome ou de cataractes après l’intervention, une présélection adéquate des candidats est de mise.